EN DIRECT | Grand Prix d’Horlogerie de Genève

L’heure a sonné pour les entreprises de luxe les plus prestigieuses du monde. Il est désormais temps de présenter ses plus beaux modèles dans l’espoir de décrocher l’un des prix très convoités du Grand Prix d’Horlogerie de Genève (GPHG).

Créée en 2001 par deux passionnés d’horlogerie, la Fondation du GPHG met en lumière et récompense chaque année les créations contemporaines les plus remarquables, ainsi que la promotion de l’art horloger dans le monde. Chaque année, les représentants de l’élite de la profession présentent leurs plus belles créations, pour tenter de remporter la prestigieuse “Aiguille d’Or.”

Suivez la cérémonie dans ce lecteur jeudi 10 novembre à partir de 18h30, présentée par Edouard Baer.

Considéré comme l’équivalent des Oscars de l’industrie horlogère et de ses acteurs, l’événement est devenu incontournable.

“Ce sont les Oscars de l’industrie horlogère”, a confirmé le président du GPHG, Raymond Loretan. “Le GPHG affirme sa foi dans la capacité des horlogers, où qu’ils soient, à s’unir et à tracer ensemble leur avenir.”

“Nous sélectionnons le meilleur.”

Et le meilleur, le voici.

Pour la 22e édition, 84 montres et 6 horloges sont en lice dans 15 catégories, dont les catégories Dame, Homme, Calendrier et Astronomie, Joaillerie et la nouvelle catégorie Exception Mécanique.

Les modèles en compétition ont fait une halte à New Delhi, en Inde, et à Casablanca, au Maroc, et sont présentés au public au Musée Rath à Genève du 2 au 20 novembre, où le public pourra admirer les modèles, ainsi que participer à des visites guidées gratuites et à des ateliers d’initiation à l’horlogerie. 

Voici les heureux vainqueurs de cette édition 2022 du Grand Prix :

Challenge: Le vainqueur de cette catégorie est “M.A.D.1 Red” de Massena Lab
Autres montres dans cette catégorie: Kurono Tokyo “Calendrier Type 1” ; Louis Erard, “Le Régulateur Louis Erard X seconde/seconde/” ; M.A.D. Editions, “Uni-Racer, Safari” ; TAG Heuer “Aquaracer Professional 200 Solargraph” et “Tudor, “Ranger”.

Petite Aiguille: Le vainqueur de cette catégorie est Trilobe avec “Nuit Fantastique Edition Dune”

Autres montres dans cette catégorie: Breitling, “Top Time Triumph” ; Gelfman “IN-16 Nixie” ; Grand Seiko, “Spring Drive GMT 9R66” ; Louis Erard, “Le Régulateur Louis Erard X Massena Lab Gold” et Zenith, “Defy Skyline”.

Plongée: Le vainqueur de cette catégorie est Tudor avec “Pelagos FXD”
Autres montres dans cette catégorie: ArtyA, “Depth Gauge” ; Breitling, “Superocean Automatic 42” ; Doxa, “Army Limited Edition” ; Grand Seiko, “Mouvement Spring Drive 9RA5 5 jours” et TAG Heuer, “Aquaracer Professional 1000 Superdiver”.

Homme : Le vainqueur de cette catégorie est Atelier AKRIVIA avec “Chronomètre Contemporain II”
Autres montres dans cette catégorie: Bulgari, “Octo Finissimo Skeleton 8 Days”; Parmigiani Fleurier, “Tonda PF Micro Rotor Steel” ; Sylvain Pinaud, “Origine” ; Trilobe, “Une Folle Journée Edition Noire” et Zenith, “Calibre 135-Observatoire”.

Iconique: Le vainqueur de cette catégorie est la “Monaco x Gulf” de TAG Heuer
Autres montres dans cette catégorie: Audemars Piguet, “Royal Oak « Jumbo » Extra-Plat Squelette”; Breitling, “Navitimer B01 Chronograph 43” ; Girard-Perregaux, “Casquette 2.0” ; IWC Schaffhausen, “Big Pilot’s Watch 43” et Zenith, “Defy Revival A3642”.

Femme: Le vainqueur de cette catégorie est Parmigiani Fleurier avec “Tonda PF Automatique”
Autres montres dans cette catégorie: Arnold & Son, “Perpetual Moon Eclipse I” ; Chaumet, “Montre à secret Déferlante” ; Chopard, “Alpine Eagle 33” ; “Konstantin Chaykin, “Harley Quinn” et Van Cleef & Arpels, “Montre Perlée, 23 mm”.

Complication pour femme: Le vainqueur de cette catégorie est Hermès avec “Arceau Le temps voyageur’
Autres montres dans cette catégorie: ANDERSEN Genève, “Tempus Terrae aigue-marine baguettes” ; Audemars Piguet, “Royal Oak Tourbillon Volant Extra-Plat Automatique “RD#3″ ” ; Chaumet, “Montre à Complication Créative Sous Le Soleil” ; Chopard, “Imperiale Flying Tourbillon” et Van Cleef & Arpels, “Montre Lady Arpels Heures Florales Cerisier”.

**Métiers d’Art: Le vainqueur de cette catégorie est “Ji-Ku” de Voutilainen
**Autres montres dans cette catégorie: Audemars Piguet, “Code 11.59 by Audemars Piguet Grande Sonnerie Carillon Supersonnerie” ; Bovet 1822, “Amadeo Amadeo Skeleton Tourbillon” ; Hermès, “Arceau Hermès story” ; Hublot, “Classic Fusion Takashi Murakami Sapphire Rainbow” et Van Cleef & Arpels, “Montre Charms Coccinelle Féerique”.

**Joaillerie: Le vainqueur de cette catégorie est Bulgari avec Serpenti Misteriosi Haute Joaillerie
**Autres montres dans cette catégorie: Chopard, “Animal World Peacock Watch” ; Jacob & Co, “Astronomia Metaverso NFT Venus” ; Piaget, “Extravagant Touch Watch” ; TAG Heuer, “Carrera Plasma Diamant d’Avant-Garde” et Van Cleef & Arpels, “Montre Perles de Glace Rose”.

Une symphonie de mécanismes

De TAG Heuer à Hermès en passant par Bulgari et Zenith, la sélection est une symphonie de mécanismes envoûtants qui s’enchaînent avec grâce, élégance et style.

Les lauréats des trophées seront sélectionnés par un jury de 30 personnalités du monde de l’horlogerie et des arts, présidé cette année par l’historien, auteur et journaliste Nick Foulkes.

“Comme les années précédentes, ce jury rassemble un large éventail d’opinions et d’expertises, provenant de l’industrie horlogère ainsi que du paysage culturel au sens large”, a déclaré M. Foulkes. “Je pense que le GPHG est de plus en plus important pour attirer l’attention sur l’industrie horlogère, tant à l’intérieur des frontières de la Suisse qu’au-delà, tout en réaffirmant la position de Genève en tant que capitale mondiale de l’horlogerie au XXIe siècle.”

Il est impossible de citer tous les modèles remarquables de la sélection de cette année.

Cependant, plusieurs modèles ont attiré notre attention.

La marque suisse Audemars Piguet a un total de cinq montres nommées, à la fois dans les sections Complication pour Dame et Complication pour Homme, ainsi que dans les catégories Iconique, Tourbillon et Métiers d’Art.

“C’est un honneur de voir que cinq de nos modèles ont été sélectionnés par le jury dans différentes catégories illustrant une expertise et des compétences spécifiques”, a déclaré la société à Euronews Culture. 

Les nominations sont clairement un grand honneur pour les marques et Audemars Piguet est au premier rang des nommés cette année.

Qu’il s’agisse du modèle Code 11.59 très stylisé, limité à 50 pièces, qui mêle or blanc 18 carats et céramique bleue, du magnifique design contemporain qui entoure le mouvement ajouré du modèle Royal Oak “Jumbo” dans la sélection Iconique, ou du nouveau mouvement tourbillon volant automatique ultra-mince de la marque, développé sur une période de cinq ans pour le modèle Royal Oak Selfwinding Flying Tourbillon Ultr-Thin dans la section Complication pour Dame, la sélection d’Audemars Piguet fait vraiment plaisir à voir.

“Audemars Piguet est fier de participer à un tel rendez-vous horloger, qui rend hommage à l’exceptionnel savoir-faire suisse qui anime notre industrie depuis des siècles”.

Un modèle particulier qui fascine dans cette sélection de montres est la pièce unique Code 11.59 Grande Sonnerie Carillon Supersonnerie, qui possède un boîtier multifacettes en or blanc 18 carats décoré d’un motif guilloché dédié réalisé par l’artisan tourneur suisse Yann Von Kaenel.

Von Kaenel aurait réinterprété la tonalité acoustique de la montre carillon avec un design ondulé qui évoque les ondes sonores. Pour ajouter à l’effet hypnotique, le cadran guilloché a été fini à la main par l’émailleuse suisse Anita Porchet avec de l’émail translucide dans des nuances de bleu pour animer les jeux de lumière du motif guilloché à chaque mouvement du poignet.

Offres originales et retour d’une icône

Par ailleurs, certains modèles sont très originaux.

L’horloger russe Konstantin Chaykin présente Harley Quinn, d’après le personnage de l’univers DC Comics, et reproduit les traits clownesques de la célèbre anti-héroïne.

Le modèle rétro-futuriste IN-16 Nixie de Gelfman, qui fait partie de la sélection Petite Aiguille, ressemble à un engin explosif qui pourrait commencer son compte à rebours, avec ses tubes Nixie rétro qui transposent l’esthétique de l’époque de la guerre froide au XXIe siècle.

Et puis, il y a l’offre ludique de Hublot, en série limitée de 100 pièces, sélectionnée dans la catégorie Métier d’Art. La Classic Fusion Takashi Murakami Sapphire Rainbow présente en son centre coloré une fleur souriante tridimensionnelle dont les pétales sont constitués de rubis, de saphirs et d’améthystes. Mieux encore, les pétales tournent sous le cristal de la montre et donnent vie à la fleur.

Mais la seule anomalie de la liste des finalistes du GPHG de cette année vient de Girard-Perregaux.

Fondée en 1791, Girard-Perregaux est l’une des plus anciennes manufactures de haute horlogerie encore en activité en Suisse aujourd’hui, et même pour un vétéran de l’industrie qui a remporté la plus haute récompense du GPHG, une inclusion dans la liste des finalistes du GPHG de cette année reste un motif de célébration.

“C’est un grand honneur d’avoir été sélectionné par un concours aussi prestigieux, que nous avons eu la chance de remporter plusieurs fois dans le passé, notamment l’Aiguille d’Or en 2013 pour la Girard-Perregaux Constant Escapement LM – Et nous espérons gagner à nouveau cette année !”, a déclaré l’horloger à Euronews Culture.

Et il a peut-être une bonne chance…

L’anomalie susmentionnée est la Casquette 2.0 de Girard-Perregaux, dans la sélection Iconique.

Se démarquant des designs plus somptueux de ses pairs, ce modèle iconique est comme une explosion du passé et un retour aux sources bienvenu en raison de l’aspect rétro de son design.

“La Casquette était une montre révolutionnaire lorsqu’elle est sortie en 1976, à une époque où la liberté d’expression en matière de design était totale, tant au niveau de la forme que du design.”

“La Casquette de Girard-Perregaux avait une forme complètement nouvelle, jamais vue auparavant. Elle ne ressemblait pas à une montre traditionnelle et pouvait être portée comme un accessoire élégant. D’une certaine manière, elle redéfinissait ce que pouvait être une montre-bracelet.”

Le modèle Casquette original n’a été produit que pendant une période de deux ans (entre 1976 et 1978). Au cours de cette période, Girard-Perregaux a fabriqué 8 200 exemplaires de cette montre à quartz innovante, des modèles rares qui sont depuis devenus des objets de collection. Les originaux témoignent de la tendance émergente à utiliser des affichages LED et numériques qui représentaient une rupture radicale avec la convention des montres analogiques à deux ou trois aiguilles.

“De plus, la Casquette n’était pas seulement une prouesse stylistique, mais revêtait également une importance technique avec son affichage numérique tubulaire unique et un niveau de miniaturisation du mouvement inédit à l’époque.”

Aujourd’hui, cette pièce excentrique de l’histoire de l’horlogerie est de retour. Le nouveau modèle, plus fonctionnel, conserve le langage stylistique de l’original, mais est désormais habillé de céramique et de titane grade 5. Et quelle meilleure façon d’accueillir une icône qu’au GPHG, entouré des meilleures créations de l’industrie ?

“Elle est devenue une icône depuis lors et a influencé d’autres produits de la catégorie. Son impact peut également être mesuré par le succès de la réédition de la Casquette 2.0 lors de son lancement en février de cette année”.

L’entreprise continue de nourrir de grands espoirs pour le modèle et son statut au sein de l’industrie.

“L’industrie de la haute horlogerie vit dans un cercle vertueux : la demande est élevée et l’offre se limite à la capacité de production, qui n’est guère flexible compte tenu du niveau d’artisanat qui entre dans la fabrication de nos produits”, a déclaré le porte-parole de Girard-Perregaux à Euronews Culture.

“Du point de vue des produits, les montres de sport avec un flair vintage font toujours fureur, mais les designs classiques et les dressoirs à fort caractère font leur retour. Il y a également une forte demande pour les montres acier sur acier avec bracelet intégré.”

Eh bien, il n’y a pas plus vintage et excitant que la Casquette 2.0… Et la pandémie et ses conséquences ont peut-être eu une certaine influence pour expliquer sa popularité.

“La créativité dans l’industrie horlogère, et particulièrement chez Girard-Perregaux, est une ressource inépuisable qui nous anime chaque jour. Cependant, la pandémie a ramené tout le monde à une certaine sobriété. Les gens veulent se concentrer sur l’essentiel en achetant des montres au design intemporel, qui sont iconiques ou qui portent un lien fort avec l’ADN de la marque.”

Arrêter le temps avec prestige

Comme vous pouvez le constater, gagner un trophée GPHG – tout comme un Oscar – n’est pas une mince affaire.

Le temps s’arrête, et qu’il s’agisse de la fierté de voir le travail d’un fabricant récompensé, de l’opportunité de commercialiser son produit avec l’une des plus hautes distinctions du secteur ou de la reconnaissance de ses pairs, Genève n’a rien à envier à Hollywood en matière de récompenses prestigieuses.

La cérémonie de remise des prix 2022 se déroulera le jeudi 10 novembre au Théâtre du Léman à Genève. Après quoi, les montres lauréates de l’édition 2022 se rendront à Zurich à la fin du mois pour une présentation privée en collaboration avec FGP Swiss & Alps, le partenaire principal du GPHG depuis trois ans.

Elles seront enfin exposées pour la première fois à New York, du 1er au 4 décembre, en partenariat avec Watches of Switzerland.

La cérémonie de remise des prix sera diffusée en direct sur Euronews le 10 novembre.

EN DIRECT | Grand Prix d’Horlogerie de Genève