Guerre en Ukraine. En direct : les Etats

Ce qu’il faut retenir

  • Plusieurs villes ukrainiennes, dont la capitale Kiev, ont été touchées par des frappes ce mardi. La présidence ukrainienne accuse la Russie d’avoir tiré une centaine de missiles.
  • Plus de sept millions de foyers ukrainiens sont privés d’électricité après ces frappes.
  • Au moins une personne a été tuée à Kiev. Moscou a de son côté accusé Kiev de frappes sur la région russe frontalière de Belgorod, qui ont fait au moins deux morts.
  • Moscou juge « irréalistes » les conditions de Kiev pour entamer des négociations.
  • De nombreux prisonniers de guerre ukrainiens et russes sont soumis à la torture, alerte l’ONU.
  • L’Indonésie, hôte du G20, met en garde contre « une nouvelle guerre mondiale ».

20h45 : Réunion d’urgence en cours en Pologne, conseil de Défense en Hongrie

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a convoqué une réunion d’urgence du Conseil de la sécurité nationale. Le porte-parole du gouvernement, Piotr Müller, s’est limité à indiquer que cette réunion a été convoquée « suite à la situation de crise en cours », sans donner aucun autre détail.

En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban a convoqué un Conseil de défense après des « frappes » sur la Pologne.

20h25 : Des missiles tombés en Pologne ?

Selon Associated Press, citant une source des services secrets américains, des missiles seraient possiblement tombés en Pologne, pays membre de l’Otan. D’après les médias polonais, deux personnes seraient décédées dans le village de Przewodów, tout près de la frontière avec l’Ukraine. On ne sait pas pour l’heure d’où proviennent ces missiles.

Le ministère américain de la Défense « examine » ces informations de presse, a indiqué un porte-parole. « Nous n’avons pas d’éléments à ce stade pour confirmer ces informations et nous les examinons de façon plus poussée », a expliqué ce porte-parole du Pentagone.

Pour rappel, l’article 5 du traité de l’Alliance atlantique stipule que si un Etat membre est victime d’une attaque armée, les autres considéreront cet acte de violence comme une attaque armée dirigée contre l’ensemble des membres et prendront les mesures jugées nécessaires pour venir en aide au pays attaqué.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



18h30 : Plus de 7 millions de foyers ukrainiens privés d’électricité après les frappes russes

« Plus de sept millions de foyers sont désormais coupés de l’électricité », après que 15 installations énergétiques à travers l’Ukraine ont été endommagées, a déclaré sur les réseaux sociaux le chef adjoint du bureau du président Volodymyr Zelensky, Kyrylo Tymoshenko. « Nos ingénieurs électriciens font désormais tout ce qu’ils peuvent pour reconnecter l’alimentation électrique dans les plus brefs délais », a-t-il ajouté.







Accueil des réfugiés ukrainiens : la France mauvaise élève en Europe ?

Proportionnellement à sa population, la France accueille largement moins de réfugiés que la quasi-totalité des autres pays européens. Un nombre faible qui s’explique par plusieurs facteurs.

>>Notre décryptage à lire ici.

18h : Des coupures d’électricité en Moldavie

Plusieurs coupures d’électricité ont été enregistrées dans différentes parties de la Moldavie après les frappes russes ayant visé des infrastructures énergétiques en Ukraine voisine.

« Chaque bombe qui tombe en Ukraine affecte aussi la Moldavie et notre peuple », a déploré sur Twitter le chef de la diplomatie moldave Nicu Popescu.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



17h30 : L’Ukraine réplique et frappe la région russe de Belgorod, deux morts

Deux personnes ont été tuées dans des frappes ukrainiennes contre la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région, Viatcheslav Gladkov. Selon lui, les tirs ont visé la ville de Chebekino. « Il y a deux morts et trois blessés », a-t-il précisé.

17h10 : Moscou « n’atteindra pas son objectif », lance Zelensky après les frappes russes

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a demandé une « réaction de principe » de la part des pays du G20, réunis actuellement en sommet en Indonésie, après les multiples frappes russes sur plusieurs régions ukrainiennes.

« Ce que veut l’ennemi est clair. Il n’atteindra pas son objectif », a réagi de son côté le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une courte vidéo sur les réseaux sociaux, ajoutant que « 85 missiles ont été tirés » ce mardi par l’armée russe, « principalement sur des infrastructures énergétiques ».

Les Etats-Unis ont condamné « fermement » ces attaques. La Maison Blanche estimé qu’elles ne feraient qu’« approfondir les préoccupations » des pays membres du G20.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus Instagram (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.


Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



16h50 : La Russie a tiré « environ » 100 missiles sur l’Ukraine

« Environ cent missiles ont été tirés (…) depuis la mer Caspienne, la région (russe) de Rostov », et aussi « depuis la mer Noire », a indiqué un porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne en direct à la télévision ukrainienne, précisant qu’« à ce stade, l’utilisation de drones d’attaque n’a pas été enregistrée ».

16h20 : « Situation critique » sur des infrastructures énergétiques, annonce la présidence ukrainienne

A la suite des frappes russes, la situation du réseau électrique est « critique » en Ukraine, a déploré la présidence ukrainienne. « Les terroristes russes ont mené une nouvelle attaque planifiée contre des infrastructures énergétiques. La situation est critique », a indiqué sur Telegram le chef adjoint de la présidence, Kyrylo Tymochenko.

16h15 : Au moins un mort à Kiev

A Kiev, « les secours ont retrouvé le corps d’une personne décédée », a regretté le maire Vitaly Klitschko sur Telegram.

15h24 : Plusieurs villes ukrainiennes touchées par des frappes, de nombreuses coupures d’électricité

Les villes de Lviv (ouest) et Kharkiv (nord-est) en Ukraine ont aussi été touchées par des frappes russes, ont affirmé leurs maires respectifs, sans faire état de victimes à ce stade. « Des explosions se font entendre à Lviv. Restez tous à l’abri ! », a exhorté sur Telegram le maire de Lviv, Andriï Sadovy, qui a précisé qu’« une partie de la ville (était) sans électricité ». « Attaque au missile contre le district d’Industrialniï à Kharkiv », a de son côté indiqué son homologue de la deuxième ville d’Ukraine, Igor Terekhov. 

Des coupures d’électricité surviennent dans plusieurs régions après les frappes, indiquent les autorités locales. Selon le maire de Kiev, « au moins » la moitié des habitants de la capitale ukrainienne sont sans électricité.

14h41 : Kiev visée par une attaque russe, deux immeubles touchés 

Deux immeubles résidentiels de Kiev ont été touchés par une « attaque » aux missiles russe, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko, après une alerte des sirènes antiaériennes dans toutes les régions d’Ukraine selon une application officielle de défense anti-aérienne.

« Attaque sur la capitale: selon des informations préliminaires, deux immeubles résidentiels ont été touchés dans le district de Petchersk. Plusieurs missiles ont été abattus par la défense antiaérienne au-dessus de Kiev », a affirmé M. Klitschko sur Telegram.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



Une opération de sauvetage est en cours

14h26 : Des explosions entendues à Kiev

« Des bruits d’explosions ont été entendus à Kiev », rapporte le journal ukrainien The Kyiv Independant. Leur origine est pour le moment inconnue.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



13h50 : L’autorité d’occupation russe quitte Nova Kakhovka dans la région de Kherson

Les occupants russes ont annoncé mardi s’être retirés de la ville de Nova Kakhovka, accusant les forces de Kiev de bombarder cette ville située dans le sud de l’Ukraine à proximité d’un barrage hydroélectrique stratégique.

« Les employés de l’administration publique de Nova Kakhovka, les institutions étatiques et municipales ont également quitté la ville et se sont redéployés dans des lieux sûrs », a déclaré l’administration installée par Moscou. Cette ville est située sur la rive gauche du Dniepr, dans la région de Kherson, où les forces russes s’étaient repliées la semaine dernière faute de pouvoir tenir la rive droite.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix



11h47 : Pas de négociations de paix en cours, selon Moscou

Sergueï Lavrov a dénoncé le caractère « russophobe » de l’intervention de Volodymyr Zelensky devant le G20, et a accusé une fois de plus l’Occident de mener une « guerre hybride » contre la Russie en usant de l’Ukraine. Il a répété que Moscou avait été obligé de lancer son offensive contre son voisin pour se défendre et protéger les populations russophones. 

Le chef de la diplomatie russe a indiqué en outre que, selon lui, les Etats-Unis ne préparaient pas de négociations de paix sur l’Ukraine. « Concernant les informations selon lesquelles les Américains préparent des pourparlers, ces rumeurs apparaissent régulièrement, puis disparaissent. »

11h19 : L’Ukraine accuse Moscou d’envoyer des prisonniers africains détenus en Russie au front

Kiev a accusé Moscou d’envoyer au front en Ukraine des détenus africains prisonniers en Russie, après la mort d’un étudiant zambien au combat alors qu’il purgeait une peine dans une prison près de Moscou.

« Poutine envoie des citoyens africains emprisonnés en Russie à la guerre en Ukraine », a dénoncé sur Twitter le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko. Lundi, la Zambie avait annoncé la mort d’un de ses concitoyens, Lemekhani Nathan Nyirenda, « décédé le 22 septembre 2022 en Ukraine », alors qu’il était censé être emprisonné dans en Russie.

11h11 : Moscou juge « irréalistes » les conditions de Kiev pour entamer des négociations

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a jugé mardi, en marge du G20 en Indonésie, « irréalistes » les conditions ukrainiennes pour entamer des pourparlers pour mettre fin à la guerre.

« Tous les problèmes proviennent de la partie ukrainienne qui refuse catégoriquement des négociations et avance des revendications manifestement irréalistes », a-t-il déclaré, disant l’avoir signifié au président français Emmanuel Macron avec qui il s’est entretenu au G20.



blank

Serguei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, au G20, à Bali. Photo Sipa/AP

10h50 : De nombreux prisonniers de guerre ukrainiens et russes soumis à la torture, alerte l’ONU

De nombreux prisonniers de guerre capturés par les forces russes et ukrainiennes dans le cadre du conflit en Ukraine sont soumis à la torture et aux mauvais traitements, y compris des décharges électriques, a alerté l’ONU mardi.

« L’interdiction de la torture et des mauvais traitements est absolue, même – en fait surtout – en période de conflit armé », a déclaré la responsable de la Mission de surveillance des droits de l’homme en Ukraine, Matilda Bogner, lors d’une visioconférence depuis Kiev.

9h35 : le chef de Wagner nie toute implication dans une exécution

Le chef du groupe russe de mercenaires Wagner a nié mardi toute implication dans l’exécution brutale d’un membre présumé de son organisation accusé de désertion en Ukraine, après l’avoir pourtant saluée dans un premier temps. 

L’affaire a débuté avec la publication d’une vidéo, relayée par des comptes proches de Wagner sur les réseaux sociaux, d’un homme accusé de s’être rendu aux forces ukrainiennes avant d’être repris par les Russes. On y voit cet homme, qui se présente comme Evguéni Noujine, être tué d’une manière particulièrement brutale, le crâne frappé avec une masse.

6h37 : Il n’y a « aucune excuse au chantage nucléaire », déclare Zelensky au G20

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé mardi devant le G20 « les menaces folles de recours à l’arme nucléaire » de la Russie, affirmant qu’il ne pouvait y avoir « aucune excuse au chantage nucléaire ».

« C’est pareil pour les folles menaces de recours à l’arme nucléaire exprimées par les responsables russes. Il ne peut y avoir aucune excuse pour le chantage nucléaire », a-t-il déclaré, selon une traduction en anglais de son discours au sommet de Bali consultée par l’AFP où il s’adresse au « G19 », en excluant apparemment Moscou.

6h33 : Zelensky au G20: « il est temps » de mettre fin à la guerre « destructrice » de la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré mardi qu’« il était temps » de mettre fin à la guerre « destructrice » de la Russie, dans un discours par lien vidéo devant les chefs d’Etats et de gouvernement du G20 rassemblés à Bali.

« Je suis convaincu qu’il est temps à présent temps, que la guerre destructrice de la Russie doit et peut être arrêtée », a-t-il déclaré, selon une traduction en anglais du discours consultée par l’AFP, proposant un échange total de prisonniers entre la Russie et l’Ukraine.

6h23 : Londres va construire 5 frégates de guerre supplémentaires face à la « menace » russe

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé mardi la construction de cinq frégates de guerre supplémentaires « face à la menace russe croissante », selon un communiqué de Downing Street.

Cette annonce faite avant l’ouverture du sommet du G20 à Bali représente un contrat 4,2 milliards de livres (4,7 milliards d’euros) au groupe britannique BAE Systems par la Royal Navy.

6h31 : L’Indonésie, hôte du G20, met en garde contre « une nouvelle guerre mondiale »

Le président indonésien Joko Widodo a mis en garde ce mardi contre le risque d’une « nouvelle guerre mondiale », en ouvrant le sommet du G20, dominé par l’invasion russe de l’Ukraine.

« Être responsable signifie aussi que nous devons mettre fin à la guerre », a-t-il déclaré lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion sur l’île indonésienne de Bali. « Nous ne devons pas diviser le monde en plusieurs camps. Nous ne devons pas laisser le monde basculer dans une nouvelle guerre mondiale », a-t-il ajouté, insistant: « Nous ne devons pas échouer ».

6h13 : Macron a demandé à Xi d’appeler Poutine à « revenir à la table des négociations »

Le président français Emmanuel Macron a demandé mardi à son homologue chinois Xi Jinping d’interférer auprès du maître du Kremlin Vladimir Poutine pour le convaincre de revenir à la « table des négociations » dans le conflit en Ukraine, a indiqué l’Elysée. Macron a également appelé à « unir » leurs « forces » contre la guerre.

« Il demande à ce que la Chine contribue à (…) passer des messages au président Poutine afin d’éviter l’escalade et de revenir sérieusement à table des négociations », a indiqué la présidence française.

6h03 : Une résolution à l’ONU pour que la Russie paye des réparations

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté lundi une résolution, non contraignante, en faveur d’un mécanisme de réparations par la Russie des destructions humaines et matérielles causées par son invasion de l’Ukraine. Contrairement au Conseil de sécurité, où la Russie a un droit de veto, Moscou ne pouvait pas bloquer cette résolution portée par l’Ukraine, le Canada, les Pays-Bas et le Guatemala, et adoptée avec 94 voix, moins que les 143 recueillies pour condamner les « annexions illégales » de la Russie le 12 octobre.

6h02 : La Russie a détruit « toutes les infrastructures cruciales » à Kherson

Dans son allocution quotidienne lundi soir, Volodymyr Zelensky a par ailleurs affirmé que la Russie avait détruit « toutes les infrastructures cruciales » dans la ville de Kherson. « Absolument toutes les installations importantes de la ville et de la région sont minées », a-t-il ajouté.

L’opérateur national ukrainien Ukrenergo a en outre affirmé qu’une centrale électrique clef a été détruite. « La centrale énergétique qui fournissait l’électricité pour l’ensemble de la rive droite dans la région de Kherson et une partie importante de la région de Mykolaïv est pratiquement détruite », a écrit le président d’Ukrenergo Volodymyr Koudrytsky sur Facebook, ajoutant qu’il s’agissait d’une des « conséquences de la peur impuissante des occupants avant leur fuite ».

6h01 : Après la prise de Kherson, Zelensky veut croire au « début de la fin de la guerre »

Quelques jours après la reprise de Kherson, une ville d’importance majeure dans le sud de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky veut croire au « début de la fin de la guerre ». « La reprise des territoires occupés par la Russie est « un chemin long et difficile », « le prix » à payer étant « élevé », mais « il est impossible de tuer l’Ukraine », a lancé le président ukrainien lundi dans la ville libérée des Russes, après avoir chanté l’hymne national.

Le Kremlin a de son côté continué d’affirmer que Kherson, officiellement annexée en septembre au même titre que la région du même nom, appartenait à la Russie bien que ses troupes aient dû l’abandonner.

6h : Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de la 265e journée de l’invasion russe en Ukraine.

Guerre en Ukraine. En direct : les Etats-Unis enquêtent sur deux missiles possiblement tombés en Pologne