Avatar 2, The Batman : voici notre top 10 des meilleurs films de 2022

L’année 2022 s’achève ce soir, et avec elle une merveilleuse année de cinéma. Pour fêter la fin d’année, nous vous avons concocté notre top 10 de nos films préférés de 2022. 

Attention : ce top 10 des films de l’année est nécessairement subjectif. Si vos films préférés n’y figurent pas, n’hésitez pas à nous livrer vos coups de coeur dans l’espace commentaires.

#10 NOPE. – Jordan Peele 

Depuis Get Out en 2017, Jordan Peele est devenu l’une des plus passionnantes voix du renouveau du cinéma d’horreur. Malgré l’accueil mitigé d’Us (que nous avons beaucoup apprécié, notamment pour sa mise en scène très efficace), le réalisateur américain continue de passionner la critique spécialisée et le public, et nous étions beaucoup à attendre NOPE., son troisième long-métrage. Et on n’a pas été déçu ! NOPE. raconte le combat d’un frère et une soeur afro-américains, décidés à sauver leur ranch Hollywoodien de la faillite et des attaques répétées d’un OVNI.

À la croisée entre le cinéma de Steven Spielberg et La Quatrième Dimension (rappelons que Peele a produit le reboot de The Twilight Zone), NOPE. est une magnifique déclaration d’amour au cinéma, et une superbe réflexion sur le pouvoir des images. Daniel Kaluuya (Get OutBlack Panther) y est toujours excellent. On attend avec impatience le prochain projet de Jordan Peele en tant que réalisateur. Notons qu’il a co-écrit le scénario de Wendell and Wild, le dernier long-métrage d’animation en stop-motion du légendaire Henry Selick (L’Étrange Noël de Monsieur JackCoraline), sorti le 28 octobre dernier sur Netflix. 

#9 The Northman – Robert Eggers

Faisant partie, aux côtés de Jordan Peele (Get Out, Us), Ari Aster (HéréditéMidsommar) et Mike Flanagan (The Haunting of Hill HouseThe Midnight Mass), de cette nouvelle génération de réalisateurs qui ont remodelé le visage du cinéma d’horreur contemporain, Robert Eggers (The WitchThe Lighthouse) a sorti en 2022 son troisième long-métrage : The Northman. S’il laisse de côté le film d’horreur et fantastique pour la saga épique islandaise (le film raconte l’histoire qui aurait inspiré Hamlet à William Shakespeare), Eggers explore toujours plus son obsession : la racine de nos mythologies

Passionnant quand on l’analyse au regard de l’ensemble de son oeuvre, malgré la simplicité de son scénario qui lui a parfois été reprochée, The Northman est également un pur plaisir pour ceux qui désirent voir un beau film d’un point de vue plastique. La réalisation est sublime, Robert Eggers excellant à la fois dans les scènes les plus violentes et bourrines que dans les séquences plus intimes. Alexander Skarsgård, tout en muscles et en nerfs, et Anya Taylor Joy (The WitchPeaky BlindersLe Jeu de la Dame), au charme éthéré, sont absolument brillants. Nerveux, violent, brutal, The Northman est une oeuvre viscérale, qui met au tapis bon nombre de reconstitutions historiques contemporaines

#8 Les Banshees d’Inisherin – Martin McDonagh 

La sortie le 28 décembre 2022 des Banshees d’Inisherin nous a contraint à réviser notre top 10 des meilleurs films de l’année. Sur l’Île d’Inisherin, au large de l’Irlande, alors que la guerre civile fait rage, Pádraic et Colm, deux meilleurs amis, se séparent. Pour cause : Colm ne peut plus voir Pádraic en peinture. Mais ce dernier ne l’accepte pas. Lassé par son insistance, Colm le menace et lui donne un ultimatum : à chaque fois que Pádraic lui parlera, il se coupera un doigt, et le lui jettera

Pour ce conte cruel et désespéré, à l’humour noir ravageur, Martin McDonagh, dont on attendait avec impatience le nouveau long-métrage depuis Three Billboards : Les Panneaux de la Vengeance en 2017, réunit le duo de son premier chef d’oeuvre, Bons Baisers de Bruges : Colin Farrell et Brendan Gleeson. Jouissif d’un bout à l’autre, Les Banshees d’Inisherin bénéficie aussi bien de sa mise en scène soignée, de son surcadrage qui transforme l’île en prison, et du talent indéniable de chacun de ses acteurs. Si les fans des frères Coen y verront encore la grammaire de leur cinéma (jusqu’à la présence de Carter Burwell à la bande-originale), l’originalité du scénario fait que le piège du cinéaste se referme sur nous : chaque parole prononcée, chaque geste esquissé, transforme l’histoire en un noeud coulant, et l’on éprouve un plaisir, pervers et coupable, à voir ces deux personnages tirer sur la corde. Du grand cinéma !

#7 Licorice Pizza – Paul Thomas Anderson 

Paul Thomas Anderson avait prouvé avec Phantom Thread en 2017 qu’il comptait bel et bien parmi les plus grands metteurs en scène de son époque. Trois ans après le Once Upon A Time in Hollywood de Quentin Tarantino, PTA nous plonge dans le Los Angeles des années 70, et plus particulièrement dans la Vallée de San Fernando, qui avait déjà servi de décors à plusieurs grands films du réalisateur de Boogie Nights, dont l’excellent MagnoliaLicorice Pizza raconte l’histoire d’amour atypique entre Gary Valentine, jeune homme de 15 ans charismatique et mature pour son âge, et Alana Kane, assistante photographe de 25 ans, plus immature que lui

Si la mise en scène maniaque de Paul Thomas Anderson était on ne peut plus adéquate pour Phantom Thread, qui raconte l’histoire d’un couturier également maniaque, le cinéaste américain nous offre ici une réalisation beaucoup plus libre. Paul Thomas Anderson suit ses deux jeunes comédiens, dans leur fuite en avant continuelle (ils sont toujours en mouvement, en train de courir), avec une tendresse inégalée dans son cinéma, aussi bien pour ses personnages que pour sa ville de naissance. Servie par une BO magnifique, dans laquelle Nina Simone côtoie David Bowie et Paul McCartney, Licorice Pizza est sans aucun doute le film qui vous donnera le plus envie de tomber amoureux cette année. Ah, et que dire sinon qu’Alana Haim et Cooper Hoffman (le fils de Philip Seymour Hoffman, acteur fétiche de PTA, décédé en 2014), sont proprement géniaux, même s’il s’agit, à l’un comme à l’autre, de leur premier rôle au cinéma ? Et que Bradley Cooper vous fera hurler de rire dans une scène de pétage de plomb mémorable

#6 The Batman – Matt Reeves

Si l’on ne trouve aucun film du Marvel Cinematic Universe dans notre top de fin d’année (vous comprendrez en lisant notre dossier sur la phase 4 du MCU), DC est mis à l’honneur avec The Batman. Trois ans après Joker de Todd Philipps, qui démontre que DC n’est jamais aussi bon que quand il se détache de ses ambitions d’univers cinématographique à la Marvel, et qui livre une vraie proposition de cinéma, rendant hommage à Taxi Driver et The King of Comedy de Martin Scorsese, Matt Reeves propose de revenir avec The Batman à ce qui fait l’essence du justicier masqué : il est le plus grand détective du monde. En presque trois heures, Reeves nous offre un film à la croisée entre le cinéma de David Fincher (ZodiacSe7en) et le film noir, dont il respecte de nombreux codes. 

Si certains ont fait part de leur scepticisme à l’égard du jeu de Robert Pattinson (passionnant dans ses choix depuis Cosmopolis de David Cronenberg), l’acteur est excellent en jeune homme qui ne parvient pas à masquer (au sens propre comme au figuré) sa fragilité. Les autres membres du casting sont tous très bons, de Paul Dano (Le Riddler) à Jon Turturro (Carmine Falcone). La mise en scène de Matt Reeves a fait l’unanimité, notamment pour sa capacité à icôniser son personnage principal, de même pour la photographie sublime de Greig Fraser (Rogue OneDune), qui confirme qu’il est l’un des meilleurs chefs opérateurs en activité ! Notons que l’on ne parle pas suffisamment de la bande-originale, magnifique, du toujours excellent Michael Giacchino, considéré (à raison) comme le digne successeur de John Williams. 

#5 Nightmare Alley et Pinocchio – Guillermo Del Toro

Après avoir remporté l’Oscar du Meilleur Réalisateur pour La Forme de l’eau, sorti en 2017, Guillermo Del Toro nous a offert une année digne de l’un des plus passionnants cinéastes de sa génération. Début d’année, nous avons été électrisé par la beauté plastique de Nightmare Alley, l’hommage ultime de Del Toro au film noir. Dans cette deuxième adaptation du Charlatan de William Lindsay Gresham (déjà adapté en 1947), GDT signe son premier long-métrage sans monstres. Et pourtant, les monstres semblent partout : dans les freaks de la fête foraine, bien sûr, mais également dans l’énigmatique Stanton Carlisle (Bradley Cooper signe l’un de ses plus grands rôles !), dans les rires cruels de Clem Hoately (Willem Dafoe), ou encore dans la beauté vénéneuse, empoisonnée, du Dr. Lilith Ritter (avec un prénom comme ça, c’est signé !), que joue une Cate Blanchett plus charismatique que jamais ! La mise en scène, magnifique, est sublimée par la photographie de Dan Laustsen, l’un des artisans du succès de La Forme de l’eau

Si Nightmare Alley prend aux tripes, Pinocchio nous vole notre coeur. Le film d’animation en stop-motion, sorti en décembre sur Netflix, est clairement l’une des deux meilleures adaptations du conte de Carlo Collodi, avec le film d’animation de Disney sorti en 1940. Non seulement l’animation image par image n’a rien à envier aux meilleurs films de Henry Selick, mais en plus Del Toro l’adapte pour en faire une magnifique et émouvante réflexion sur le deuil, l’altérité et la désobéissance civile, le film prenant place dans l’Italie fasciste de Mussolini. Le tout servi par une casting vocal de haute volée, avec Ewan McGregor (Star WarsTrainspotting), David Bradley (Harry PotterGame of Thrones), Cate Blanchett (Le Seigneur des AnneauxAviator), Christoph Waltz (Inglourious BasterdsDjango Unchained), Tilda Swinton (Moonrise KingdomOnly Lovers Left Alive), Ron Perlman (Hellboy, La Cité des Enfants Perdus), Jon Turturro (The Big LebowskiThe Night Of) ou encore Finn Wolfhard (Stranger Things). Si Nightmare Alley et Pinocchio semblent au premier abord opposés, on s’amusera du fait que le plan de présentation de la fête foraine du premier a été reconstitué presque à l’identique dans le second !

#4 Trois mille ans à t’attendre – George Miller

Après le triomphe de Mad Max : Fury Road en 2015, George Miller revient en 2022 avec Trois mille ans à t’attendre. On aurait tort de croire que cette histoire d’amour entre une professeure en narratologie et un djinn sorti d’une lampe, interprétés par Tilda Swinton et Idriss Elba (quel merveilleux duo !), est une simple parenthèse dans la carrière de Miller, entre deux films Mad Max (le spin-off sur Furiosa est prévu pour l’an prochain, et a révélé ses premières images). Au contraire, Trois mille ans à t’attendre est déjà un film majeur dans la carrière du cinéaste australien

À mi-chemin entre l’essai philosophique et le film-sommeTrois mille ans à t’attendre démontre tout le talent de scénariste et de réalisateur de George Miller. Sa mise en scène et son esthétique, somptueuses, parviennent à captiver le spectateur aussi bien dans ses scènes de reconstitution historique les plus épiques que dans l’exiguïté d’une chambre d’hôtel aux murs blancs d’Istanbul. George Miller s’identifie pleinement dans le personnage de Tilda Swinton, et nous offre une magnifique déclaration d’amour aux histoires et aux contes, dont nous avons cruellement besoin. 

#3 Avatar : La Voie de l’eau – James Cameron 

Il aura fallu treize longues années pour découvrir la suite d’Avatar. Alors que certains spectateurs craignaient que la magie du premier film n’opère pas, James Cameron leur a donné tort. Non seulement le réalisateur de Titanic continue d’explorer la beauté, quasi-utopique, de Pandora et des cultures des peuples qui l’habitent, mais en plus il fait d’Avatar : La Voie de l’eau une nouvelle révolution technologique. La 3D n’a jamais été aussi belle que dans ce second volet, et il nous offre la meilleure utilisation de la HFR faite à ce jour. D’un point de vue technique, le film a clairement dix ans d’avance sur son époque.

Si le scénario est très simple, c’est également l’un de ses atouts. James Cameron réutilise des tropes universels, qui traversent toute son oeuvre cinématographique, et ne fait jamais semblant de réinventer l’eau chaude avec des concepts inutiles et creux. Surtout, malgré sa longueur exceptionnelle (3h10), Avatar : La Voie de l’eau ne souffre d’aucun temps mort, et on ne s’ennuie pas une seule seconde. On a déjà hâte de voir le troisième volet ! D’ici là, La Voie de l’eau n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

#2 Everything Everywhere All At Once – The Daniels 

Les deux réalisateurs de Swiss Army Man nous ont livré le film le plus fou de 2022. En nous racontant l’histoire d’Evelyn Quan Wang, femme sino-américaine en proie à diverses difficultés familiales et financières, qui est plongée dans une douzaine de dimensions du multivers dans lesquelles elle devra résoudre ses problèmes, les Daniels offre une belle leçon à Marvel, dont la phase 4 n’a pas réussi à passionner les fans de la première heure. Drôle et émouvant, Everything Everywhere All At Once brille par l’immense créativité de ses deux réalisateurs, qui saisissent la question très à la mode du multivers pour s’autoriser toutes les folies. D’une dimension où les habitants ont des knackis à la place des doigts à une parodie hilarante de Ratatouille, le film surprend à chaque scène. 

Surtout, les Daniels hurlent tout au long des 2h20 du film leur envie de faire du cinéma. Dans cet OVNI SF, les deux réalisateurs rendent aussi bien hommage au cinéma d’action asiatique (donner le premier rôle à la merveilleuse Michelle Yeoh, révélée pour son rôle dans Tigre et Dragon d’Ang Lee, est un autre coup de génie) qu’au cinéma des Wachowski (le film est à la fois le pendant intime de Matrix et la version spatiale et dimensionnelle de Cloud Atlas), et cumulent les clins d’oeil, à Kill Bill de Quentin Tarantino, Pixar ou encore In The Mood For Love, le chef d’oeuvre de Wong Kar Wai. Et ne serait-ce parce qu’il a réussi à nous faire rire et verser une larme à la fois avec un dialogue entre deux gros cailloux, Everything Everywhere All At Once mérite pleinement la deuxième place de notre top. 

Mentions honorables

Avant de vous dévoiler notre N°1, quelques mentions honorables, restées sur le seuil de notre top, malgré leurs nombreuses qualités indéniables : Top Gun : Maverick de Joseph Kosinski, Armageddon Time de James Gray, Alerte Rouge du studio Pixar, Les Bonnes étoiles de Hirokazu Kore-eda, Le Roi Cerf de Masashi Ando, The Innocents d’Eskil Vogt, The Green Knight de David Lowery, Ad Bestas de Rodrigo Sorogoyen, Bardo d’Alejandro González Iñárritu et Glass Onion de Rian Johnson. 

#1 Decision to leave – Park Chan-wook

Six ans après le sublime Mademoiselle, Park Chan-wook est revenu nous électriser avec le film le plus émouvant de son impressionnante carrière. Dans Decision to Leave, le réalisateur de Old Boy nous offre un thriller à la croisée entre le film noir et Basic Instinct de Paul Verhoeven. Jang Hae-joon, policier charismatique et compétent, enquête sur un meurtre dans les montagnes coréennes. Très rapidement, les soupçons de la police se dirigent vers la femme de la victime. Problème : Jang Hae-joon en tombe immédiatement amoureux. 

Récompensé au Festival de Cannes d’un Prix de la Mise en Scène plus que mérité (il aurait été criminel de l’offrir à un autre film que celui-ci), Decision to Leave est une merveille. Mais Park Chan-wook ne se cache pas derrière son immense talent de metteur en scène et ses effets de montage aussi inventifs que pertinents. Il livre une histoire d’amour et d’obsession, sublimée par le charme impossible de l’actrice chinoise Tang Wei, dont le regard et les sourires peuvent faire fondre n’importe quel glacier. Comme d’habitude, Park Chan-wook a confié à Jo Yeong-wook le soin de composer la bande-originale, dont le thème principal est sans aucun doute l’un des plus beaux de l’année, et de toute sa filmographie (il est plus beau encore que celui de Lady Vengeance, c’est dire !). Sorti en juin, Decision to Leave continue de nous obséder six mois après, ne serait-ce que pour sa scène finale, absolument bouleversante. Avec son dernier film, Park Chan-wook nous prouve qu’il est bel et bien l’un des plus grands cinéastes au monde, et que le cinéma sud-coréen est toujours aussi passionnant. Si vous n’êtes pas convaincu, lisez notre dossier sur le sujet avec nos 15 recommandations de films sud-coréens !

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à jeter un oeil aux films et séries que nous attendons le plus en 2023.

Avatar 2, The Batman : voici notre top 10 des meilleurs films de 2022